Les directeurs juridiques sont-ils bien formés ?

Par Philippe Melot le mardi 18 mars 2014
Formation des juristes

La fonction de directeur juridique en entreprise ne cesse de se complexifier : jadis simple "gardiens du temple" et experts du droit, ils sont aujourd’hui de managers d’équipes, des négociateurs internationaux, des chefs de projets pluridisciplinaires, des risk managers juridiques, des responsables de l’éthique, de la compliance, de la gouvernance...

Or les diplômes juridiques que possèdent ces directeurs juridiques sont délivrés exclusivement par l’université qui en détient le monopole. Et les facultés de droit sont majoritairement tenues par des agrégés de droit pour qui la technicité juridique et le "raisonnement civiliste" sont essentiels, voire suffisants pour faire de bons juristes. Mais qu’est-ce qu’un bon juriste ? Et suffit-il de l’être pour faire un bon directeur juridique ?

Il y a 40 ans déjà, la création des DJCE par des universitaires innovants constituait une réponse à la montée en puissance du droit des affaires, en en confiant l’enseignement à des praticiens et en introduisant la méthode des cas et la mise en perspective du droit dans des problématiques de business. Depuis, les écoles de commerce ont multiplié les programmes complémentaires destinés à former des juristes et avocats d’affaires ouverts à l’international et aux affaires, comprenant l’économie et parlant anglais. Bref, une saine concurrence au sein des établissements d’enseignement est apparue pour adapter l’enseignement du droit des affaires aux besoins des entreprises. Est-ce suffisant ?

Non, pour deux raisons.
La première est que ces formations droit et management n’existaient pas lorsque la majorité des directeurs juridiques en place aujourd’hui ont fait leurs études.
La seconde est que ces formations s’adressent à des étudiants sans expérience professionnelle. Or c’est plus tard, à partir de 35 ans environ, que l’on sort de l’expertise pour accéder à des responsabilités managériales et que l’on exprime le besoin de s’y former.

C’est pourquoi il serait utile de monter un Executive MBA pour directeurs juridiques, utilisant des méthodes de cas interactives et formant les participants aux nouveaux défis des directions juridiques : analyse stratégique du business des entreprises, corporate finance, management de projets, techniques de négociation en milieu interculturel, management d’équipes.
De telles formations executives existent çà et là, notamment aux USA, mais sous forme de séminaires courts. Une formule approfondie de type MBA part-time les fins de semaines étalée sur 12 ou 18 mois rencontrait sans doute un réel succès.

← La cuisine du droit

Réussir votre entretien d'embauche →

Retour à la liste des articles

Tous les articles