Les jeunes diplomé(e)s face aux choix professionnels

Par Sharon Golec le jeudi 02 décembre 2010
Recrutement juridique

Cette chronique a été publiée le 25 novembre sur le Village de la Justice.

Quelles sont les attentes des jeunes juristes par rapport à leur premier poste ? Existe-il des divergences hommes – femmes ? Afin d’apporter quelques pistes de réflexion, nous avons sondé les étudiants du Mastère Droit et Management International à HEC (une trentaine de juristes titulaires d’un Master II, dont presque les deux-tiers se destinent à la profession d’avocat). Actuellement confrontés à la recherche d’un stage de fin d’études, ils seront prochainement sur le marché du travail.

Les futurs avocats :

Les critères de choix d’une première collaboration

Les principaux critères de choix des hommes et des femmes sont quasi-identiques : la rémunération (critère cité parmi les trois premiers par 100% des hommes et 90% des femmes) ; le contenu du poste (cité par 100% des femmes et 70% des hommes).

Néanmoins, on note des différences sensibles. Les réponses sont plus « éclatées » chez les femmes : renommée du cabinet, ambiance, équilibre vie privée / vie professionnelle et type de cabinet ont chacun recueilli plus de 45% de réponses. Les réponses des hommes sont plutôt homogènes. Notamment, l’équilibre vie privée / vie professionnelle n’a pas été cité une seule fois en tant que critère important.

La rétrocession

A travail égal rémunération égale ? La réponse n’est peut-être pas si simple. Alors que les futures avocates envisagent une rétrocession moyenne de 45K € par an, leurs homologues masculins s’attendent à une rétrocession moyenne de 57K € par an, soit 25% de plus.

Avocat un jour, avocat toujours ?

Alors que 90% des étudiantes envisagent d’exercer les deux professions (avocate et juriste) pendant leur carrière, les étudiants sont partagés : 50% seulement pensent exercer les deux professions. Parmi les futurs juristes d’entreprise, la moitié des femmes, mais seulement un tiers des hommes, envisageant d’intégrer une entreprise avant cinq années de pratique professionnelle.

Les futurs juristes d’entreprise :

Les personnes se destinant d’emblée au métier de juriste d’entreprise sont à 90% des femmes.

Comme les futurs avocats, leurs principaux critères de choix du poste sont la rémunération, le contenu du poste et les perspectives d’évolution.

Par ailleurs, la variété du poste a été citée comme critère important par les deux-tiers des sondés. Ce critère a été peu cité par les futurs avocats.

Le salaire

Les juristes s’attendent à un premier salaire de 37K € par an.

La mobilité juriste / avocat ?

Seulement 20% des sondés envisagent d’exercer un jour en tant qu’avocat. Malgré les projets de fusion des professions, la mobilité semble donc fonctionner plutôt dans le sens avocat – juriste, au moins dans l’esprit des personnes qui se destinent au métier de juriste d’entreprise.

← Marché de l'emploi des "lawyers" aux États-Unis : la fin du pays de Cocagne ?

"Quick and dirty", nouveau business model des avocats? →

Retour à la liste des articles

Tous les articles