Recrutement des juristes et avocats : bilan 2011 et perspectives 2012

Par Sharon Golec le vendredi 16 mars 2012
Recrutement juridique

Nous avons répondu aux questions de la rédaction du Village de la Justice dans un entretien publié le 6 mars 2012.

Dans cette conjoncture difficile, comment les avocats et les juristes s’en sortent-ils ? Quel bilan pouvez-vous faire de 2011 ?

Le marché en 2011 est resté très prudent : les entreprises réfléchissent beaucoup avant de lancer un recrutement et sont de plus en plus exigeantes sur les compétences et qualités requises, et prudence également chez les candidats. Ces derniers se montrent prêts à « bouger » seulement si l’évolution proposée est intéressante.

Comment se profile l’année 2012 ?

Notre activité est stable depuis 2010, même si on note que les entreprises prennent plus de temps pour décider un recrutement. Nos missions correspondent souvent à des créations de poste, ce qui semble indiquer un marché des juristes en croissance (avocats et juristes d’entreprises confondus). Cette évolution nous semble structurelle et indépendante de la conjoncture économique. Toutefois, la crise entraine une pression sur les coûts. Celle-ci se répercute bien évidemment sur les directions juridiques des entreprises et la demande auprès des cabinets d’avocats.

Quels sont les profils les plus recherchés ?

On distingue 2 types de profils en entreprise : les juristes de grands groupes et les juristes de PME; les juristes de grands groupes possèdent des profils très pointus avec une forte expertise technique (financement, droit boursier, droit social, projets d’infrastructures à l’étranger…) ou sectorielle (construction, industrie pétrolière ou gazière, secteur de l’énergie…) ; les juristes dans les PME sont plutôt des généralistes de très bon niveau pour traiter des dossiers diversifiés. Cette typologie va s’accentuer avec la crise : les profils dans les grands groupes deviennent de plus en plus pointus ; là où l’entreprise faisait appel à un cabinet d’avocats spécialisé, la fonction s’internalise, le juriste connaissant mieux le contexte de l’entreprise, …et cela permet en plus de dialoguer encore mieux avec des cabinets d’avocats sur des problématiques toujours plus complexes, pour obtenir des prestations encore meilleures. Les postes de juristes de PME sont de plus en plus nombreux et c’est à notre avis par là que se fait la croissance du marché. Il s’agit de profils difficiles à trouver car les PME recherchent les juristes à la fois polyvalents, très dédiés à l’entreprise et très pragmatiques, opérationnels et « business minded ».

Le niveau de rémunération des juristes a-t-il évolué avec la crise ?

La rémunération des juristes en entreprise a évolué à la hausse, parallèlement au niveau d’exigences des entreprises. Les rémunérations offertes sont un peu moins élevées dans les PME ; elles varient en fonction de la taille des entreprises concernées et restent négociables en fonction de la qualité du candidat et de son niveau d’expertise. Bien évidemment, un candidat en poste et chassé peut se montrer plus exigeant. Pour ce qui est des très grosses entreprises françaises, une étude réalisée par Legalteam en septembre 2011 montre qu’entre 2006 et 2011, la rémunération moyenne (salaire fixe plus partie variable) des Directeurs Juridiques des entreprises du CAC 40 a progressé d’environ 33%, passant de 347K € à 460K €, alors que celle des PDG des mêmes entreprises a subi une baisse d’environ 6 %. La rémunération moyenne des Directeurs Juridiques de grands groupes aux Etats-Unis est restée quasiment au même niveau qu’en 2006.

← Les réseaux sociaux d'entreprise : opportunités et défis pour les juristes

Robert badinter lance un nouveau cabinet de conseil, Corpus Consultants →

Retour à la liste des articles

Tous les articles